La tête dans les étoiles, les deux skis dans la neige fraîche à Saint-Véran

Aujourd’hui, Je suis à Saint-Véran, plus haute commune d’Europe, située à 2042m. On dit qu’ici « le coq picore les étoiles ». Il faut dire qu’avec toute cette neige qui fait le bonheur des sportifs, difficile pour lui de mettre le bec dehors. Alors comment concilier observation de la faune et pratique sportive ?

Animaux en hibernation et amateurs de sports d’hiver côtoient souvent le même milieu. Or, avec le froid et la raréfaction de la nourriture, les animaux perdent de l’énergie. Une cohabitation est toutefois possible en gardant une approche respectueuse du lieu. Ainsi certaines activités moins dérangeantes se développent et sont à privilégier. Pour approcher la nature d’une manière harmonieuse, en accord avec le dispositif «  traces Douces  » développé par le Parc naturel régional du Queyras, optez alors pour le ski de randonnée nordique.

Plus large que le ski de fond, équipé de peau de phoque pour les montées, voici une activité en essor qui allie sport et découverte des lieux, idéale pour les traversées en pente douce.
Une petite initiation avec le moniteur Mathieu Antoine, et vous voilà prêts partir en randonnée  responsable.

Lundi matin : découverte (matériel et encadrement) de l’activité de 9h30 à 12h30.

Lundi après-midi : 14h-16h : balade autour de Saint-Véran

Mardi, jeudi, vendredi : sorties journées de 9h30-16h

 Tarifs : 10 € le lundi matin (encadrement et matériel selon disponibilités avec les magasins de sport du village). Journée : 45 € – 1/2 journée : 25 €. Tarif famille, étudiants

Renseignements et inscriptions auprès de Mathieu au 06 16 33 16 81. 

https://fr-fr.facebook.com/pages/Ski-Rando-Nordique-Queyras/526487020780182

L’écomusée de l’olivier, un « temple » dédié à l’arbre sacré de Méditerranée

A la recherche de l’or de Provence, je trouve fortune à Volx. C’est dans cette commune du Parc naturel régional du Luberon que les anciens fours à chaux ont été aménagés en temple pour l’arbre de vie symbolique en Provence, l’olivier, et son célèbre fruité, l’huile d’olive.

Si l’on connait principalement l’huile d’olive pour ses vertus culinaires, il ne faut pas limiter son usage à cette fonction. Depuis l’Antiquité, elle a de multiples usages : elle sert pour l’éclairage, les cosmétiques et se prescrit en application  médicales…

Dans ce sanctuaire dédié à l’olive qu’est l’Ecomusée de l’Olivier, je comprends bien alors le caractère sacré de l’arbre de Méditerranée : je peux suivre l’historique, l’expansion géographique de sa culture et les étapes dans la fabrication de son nectar avec cette grande meule de granit, au centre du musée.

Tous mes sens sont éveillés. La Vue, avec le film projeté. Le Toucher, avec l’écorce rugueuse du tronc de l’olivier. L’Odorat, lors d’un parcours olfactif ludique. L’Ouie, avec les enregistrements sonores des poètes et écrivains locaux… Et le Goût ? Un passage dans la boutique s’impose pour déguster les différents fruités, des nectars exclusivement issus des productions locales.

Largement documentée pour rassasier les esprits curieux, la scénographie saura séduire le jeune public avec des parcours ludiques, sonores et olfactifs. Récompensé par la marque Parc, l’Ecomusée a également reçu le label Tourisme et Handicap. Pour une restauration sur place, ne manquez pas les plats à base de produits bio et locaux confectionnés au restaurant attenant Les Petites Tables (Tel. : 04 86 68 53 15).

©WeGo Productions