Le taureau camarguais : le seigneur des lieux

Ce soir là, nous avions décidé de dormir au Mas Saint Germain, une manade qui fait chambre d’hôte et gîte. Située près de l’étang de Vaccarès, la propriété abrite chevaux et taureaux de Camargue. Sans pour autant rentrer dans l’arène, j’ai accompagné mon hôtesse pour soigner les bêtes…

Une fois les barrières ouvertes, nous nous sommes retrouvées face à un troupeau d’une soixantaine de bêtes. Robe noire et longues cornes fines en forme de lyre donnent au taureau de Camargue beaucoup d’élégance. Cet animal, emblème de la Camargue, réside depuis l’antiquité dans les plaines du delta du Rhône. Les troupeaux de taureaux y vivent en semi-liberté, sous la surveillance des gardians. Ces cavaliers émérites vont à cheval jusque dans les marais réunir les bêtes. Les chevaux de Camargue, sont, en effet, les seuls à pouvoir se frayer un chemin dans ces milieux humides inextricables. Cet élevage extensif participe depuis toujours à la préservation d’un écosystème fragile et à la qualité des paysages.

La race des taureaux de Camargue est appelée Raço di Biou, c’est une race considérée comme menacée car on dénombre peu de mâles reproducteurs. L’élevage de taureaux de Camargue a deux vocations. La première est culturelle et sportive ; pas une fête sans ferrade ou autre course camarguaise. Certaines bêtes sont d’ailleurs de véritables stars et des adversaires redoutables pour les « raseteurs ». Le Raço di Biou est rapide, sauvage et un brin agressif, parfait pour quelques frissons dans le dos. La seconde vocation est alimentaire. La viande de taureau est réputée et bénéficie d’une Appellation d’Origine Protégée. Grillades, gardiane ou saucisson, régalez vous, c’est un met pauvre en graisse.

Vu de près et bien calée sur le haut de la remorque, je les ai trouvés très sympathiques, mais attention la bête n’a pas toujours bon caractère. La meilleure solution pour les approcher est encore de visiter une manade.

En Camargue, 5 manades bénéficiant de la marque « Parc » : les manades Blanc, Jacques Bon et Mailhan à Arles, Cavallini et Saint-Antoine aux Saintes-Marie-de-la-Mer.
Les prestataires bénéficiant de la « Marque Parc naturel régional » contribuent au développement du territoire « Parc », s’impliquent dans la préservation de l’environnement et mettent en avant d’une dimension « humaine » forte en recherchant le lien social.